16
Décembre
2012
|
18:00
Europe/Amsterdam

Sortie d'atelier de la 500ème et dernière lexus lfa

  • La dernière Lexus LFA produite le 14 décembre 2012
  • Les nouveaux modèles Lexus influencés par les enseignements tirés des études et de la production de la LFA
  • Production interne de composants en plastique renforcé de fibres de carbone : un savoir-faire précieux pour de futurs produits
Le 14 décembre, une Lexus LFA Nürburgring Package blanche — dernière des 500 exemplaires prévus de cette supersportive — a quitté l'atelier de production TMC dédié de l'usine de Motomachi (Préfecture d'Aichi).

Lexus tourne ainsi une page de son histoire, une page qui a bousculé la perception de la marque et sa compréhension par le grand public, et les a peut-être changées pour toujours.

Les répercussions de cette passion et des leçons tirées de l'étude et de la production de la supersportive se perçoivent déjà dans l'ensemble des nouveautés de la gamme Lexus, au-delà même des modèles badgés F Sport.

En ce sens, l'esprit de la LFA se perpétuera, et l'on s'en souviendra avec émotion comme du point de départ d'une évolution majeure pour la marque Lexus.

Car le projet de cette supercar est parti d'une feuille vierge. Une large proportion des composants du véhicule fait appel au plastique renforcé de fibres de carbone — matériau dont l'exceptionnelle solidité, la rigidité et la légèreté ont ainsi révolutionné la fabrication des supersportives. Ce matériau était produit sur place afin d'acquérir le précieux savoir-faire qui servirait à de futurs produits.

« J'ai vécu la dernière décennie par et pour les supercars, » confie Haruhiko Tanahashi, ingénieur en chef de la LFA. « Et pour l'une d'elles en particulier : la LFA. Bien peu de bureaux d'études ont eu notre chance : pouvoir créer une supersportive en partant de zéro. »

La production a débuté à l'atelier LFA il y a tout juste deux ans, le 15 décembre 2010, où elle a été notamment assurée par quelque 170 maîtres-artisans Takumi pour la fabrication des pièces, l'assemblage du véhicule et sa peinture. GT hautes performances, la LFA était produite à la cadence d'un exemplaire par jour seulement.