21
Octobre
2009
|
03:00
Europe/Amsterdam

Lexus lfa: développement et fabrication

  • La LFA, née de la vision du chef de projet Haruhiko Tanahashi, est l'aboutissement d'un travail de neuf années pour donner à Lexus une supersportive digne de la marque
  • L'équipe responsable du développement est partie d'une feuille blanche dans un souci de remise à plat de l'ingénierie et du design
  • L'engagement de la LFA aux terribles 24 Heures du Nürburgring en 2008 et 2009 a été un jalon du programme de développement
  • La production de la LFA sera limitée à 500 exemplaires (20 par mois maximum), assemblés à la main dans l'atelier LFA de l'usine de Motomachi à Toyota City
  • Chaque moteur V10 sera assemblé à la main par un ingénieur dont il portera la signature
Le programme LFA a été lancé par Toyota Motor Corporation au début de l'année 2000 dans le cadre d'un programme de recherche & développement relativement classique. Mais avec l'arrivée de Haruhiko Tanahashi de Lexus à la tête de ce projet, la nouvelle équipe LFA a immédiatement changé de catégorie pour prendre en charge un véritable programme de développement Lexus. L'équipe LFA a réuni des collaborateurs et des ingénieurs, tous animés par la passion de la conduite haute performance et de méthodes d'ingénierie peu conventionnelles.

Dès le début du programme, les ingénieurs et les designers ont délibérément choisi de s'écarter des méthodes traditionnelles de Lexus pour le développement d'un véhicule afin d'attaquer le problème sous une multitude d'angles différents. Ils ont créé un forum ouvert, leur permettant d'explorer des voies nouvelles en termes de matériaux, de performances et de procédés. Pour remettre tout à plat, cette petite équipe a fait la liste des 500 points de passage obligés pour la LFA.

Un an après l'arrivée de Tanahashi-san, le travail avait commencé sur le moteur V10 et mi-2003, le premier prototype était prêt. Seize mois plus tard, en octobre 2004, un prototype de la LFA tournait pour la première fois sur la Nordschleife. Et cinq ans seulement après le début du projet, Lexus pouvait dévoiler le premier concept lors du Salon Automobile de Détroit en 2005. La première étude faisait largement appel à l'aluminium pour le châssis et la carrosserie mais une remise à plat radicale des objectifs amena l'équipe à prendre la difficile décision d'opter pour une structure en carbone.

Les ingénieurs s'attelèrent à la tâche pour relever le défi posé par l'emploi des fibres de carbone CFRP. Au lieu d'externaliser la fabrication, ils se servirent de la grande expérience de Toyota Motor Corporation dans les métiers à tisser pour développer, en interne, les technologies nécessaires qui pourront d'ailleurs être exploiter pour de futurs projets Lexus.

Sous la direction du nouveau président de Toyota, Akio Toyoda, lui-même passionné de sport automobile, Lexus a engagé la LFA deux fois, en 2008 et en 2009, aux légendaires 24 Heures du Nürburgring. Le but recherché était de repousser les limites de la LFA aussi loin que possible dans les conditions les plus extrêmes. Toyoda-san en personne décida de rejoindre l'écurie de course en mai 2009, affichant ainsi son enthousiasme et sa confiance vis-à-vis de la LFA et de l'équipe responsable de son développement. Aucune autre préparation n'aurait pu être aussi complète avant la première mondiale de la LFA lors du 41ème Salon International de l'Automobile de Tokyo.

La Lexus LFA sera assemblé à la main dans un atelier dédié de l'usine de Motomachi à Toyota City. La production totale n'excédera pas 500 exemplaires, à un rythme mensuel maximal de 20 véhicules, pour assurer une qualité de fabrication irréprochable et une attention au moindre détail pour le procédé de personnalisation. Assemblé de A à Z par le même ingénieur, chaque moteur V10 en portera la signature, témoignage de la nature unique de la LFA.